Statistiques accidents avec alcool

Publié le Vendredi 7 Septembre 2007

L'alcool est devenu le premier facteur d'accident devant la vitesse.

1. Pourcentages d'accidents corporels avec alcool en 2006

En 2006, on dénombre 7 077 accidents corporels avec un taux d'alcoolémie positif dont 933 mortels, soit 11,1 % des accidents corporels et 28,4 % des accidents mortels.

70,6 % des accidents mortels survenant la nuit sont imputables à l'alcool. Lorsque l'on s'intéresse aux nuits de week-ends ou de jours fériés, ce sont 42,6 % des accidents mortels qui sont imputables à l'alcool ! 66,5 % des accidents corporels avec alcool ont eu lieu la nuit, 53,9 % les week-ends et 39,9 % les nuits de week-ends.

Ainsi, conduire avec un taux d'alcoolémie supérieur au taux maximum autorisé augmente la gravité des accidents. La proportion d'accidents avec alcool dans les accidents mortels est presque trois fois plus élevée que celle constatée dans les accidents corporels.

2. Victimes dans les accidents avec alcool

Le bilan des victimes des accidents avec alcool est le suivant : 1 043 tués, 9 575 blessés dont 5 229 hospitalisés. 71,4 % des décès dans les accidents
avec alcool se sont produits la nuit.
Ainsi, 29,4 % des tués, 15,4 % des blessés hospitalisés et 8,9 % des blessés légers étaient impliqués dans un accident avec alcool. Ces chiffres montrent que les accidents avec alcool provoquent des blessures très graves. Ce risque est maximal les nuits de week-ends. En effet, 55,9 % des personnes tuées une nuit de week-end sont imputables à l'alcool. Cette proportion est de 39,7 % pour les blessés hospitalisés et de 26,5 % pour les blessés légers.

3. Conducteurs de voitures de tourisme...

impliqués dans un accident corporel ou mortel en fonction de leur alcoolémie et du port de la ceinture de sécurité.

En 2006, 7 203 conducteurs de voitures particulières sont impliqués dans un accident corporel avec une alcoolémie supérieure à 0,5g/l, dont 955 dans un accident mortel. Dans l'ensemble des accidents, 6,2 % des conducteurs ont un taux positif lors de leur accident ; cette proportion monte à 16,4 % dans le cas d'un accident mortel, soit trois fois plus.Les conducteurs masculins sont très fortement sur-représentés dans les accidents corporels avec alcool ; ils représentent 91,4 % des conducteurs sous l'emprise d'un état alcoolique, contre 74 % seulement dans l'ensemble des conducteurs impliqués. Ce trait s'accentue encore dans les accidents mortels, le taux de conducteur masculin s'élevant à 93,5 %.Les conducteurs au taux positif utilisent le plus souvent des voitures légères (70,2 % des conducteurs au taux d'alcoolémie positif conduisaient des voitures de tourisme contre 64 % dans les accidents en général).

Ces conducteurs sous-estimeraient donc plus facilement le danger de la conduite sous l'emprise de l'alcool que les autres catégories de conducteurs.La conduite de deux-roues motorisés (cyclomoteurs et motocyclettes) est celle qui présente le plus d'incompatibilité avec l'alcool. Sur l'ensemble des deux-roues motorisés impliqués dans un accident corporel, 21,5 % des conducteurs avaient un taux d'alcoolémie positif. Usagers plus vulnérables, ce sont en grande majorité eux qui périssent dans l'accident.A l'inverse, on note la très faible représentation des autres catégories d'usagers : 1,6 % des chauffeurs de poids lourds et 0,03 % des conducteurs de transports en commun impliqués dans un accident corporel conduisaient sous l'emprise de l'alcool.Sur les 7 203 conducteurs au taux d'alcoolémie positif, un peu moins de la moitié avait entre 25 et 44 ans.
7,1 % des conducteurs de cette tranche d'âge impliqués dans un accident corporel avaient un taux d'alcoolémie positif. Dans les accidents mortels, cette proportion passe à 20,1 %.En 2006, dans les accidents mortels, la proportion des conducteurs entre 18 et 24 ans sous l'emprise de l'alcool passe à 19,7 %, contre 21,8 % en 2005.Outre le fait de conduire avec un taux d'alcoolémie positif, les conducteurs de voiture de tourisme impliqués dans un accident corporel oublient de boucler leur ceinture. Ainsi, 13,2 % des conducteurs avec un taux d'alcoolémie positif étaient non ceinturés et surtout 31,4 % des conducteurs impliqués dans des accidents mortels n'étaient pas ceinturés.

4. Les victimes dans les accidents avec alcool en 2006

Les accidents avec alcool ont occasionné 34,4 % des tués et 20,5 % des blessés hospitalisés âgés de 18 à 24 ans. La tranche d'âge des 25-44 ans est la plus gravement affectée avec 41,6 % des tués et 20,1 % des blessés hospitalisés, mais elle est aussi la plus importante dans la population française. Les autres tranches d'âges sont largement moins touchées : seulement 7,1 % des tués de plus de 65 ans le sont dans les accidents corporels avec alcool.

5. Conducteurs au taux d'alcoolémie positif...

impliqués dans un accident selon leur taux d'alcoolémie en 2006

Les conducteurs au taux d'alcoolémie positif représentent 66,6 % des tués dans les accidents avec alcool, les passagers du conducteur 17,3 %. Enfin, les piétons représentent 2,8 % des tués.Les taux d'alcoolémie constatés lors des accidents corporels dépassent pour beaucoup le seuil de 0,5 g/l.
Par rapport à 2005 (1,64 g/l) l'alcoolémie moyenne constatée en 2006, en augmentation, se situe à 1,65 g/l soit trois fois le taux autorisé.Un peu plus de 30 % des conducteurs sont impliqués dans les accidents corporels avec une alcoolémie comprise entre 0,8 g/l et 1,5 g/l et 30 % des conducteurs conduisaient avec une alcoolémie supérieure à 2 g/l.

Les alcoolémies mesurées lors des accidents mortels sont plus élevées que pour les accidents corporels (1,78 g/l en moyenne). 37,7 % des conducteurs impliqués dans les accidents mortels conduisaient avec une alcoolémie supérieure à 2 g/l.Le taux d'alcoolémie dans les accidents corporels le week-end est 2,7 fois plus élevé que celui de la semaine.Pour les accidents mortels, le taux d'alcoolémie des conducteurs est de 3 % en 2006 contre 3,4 % en 2005.En 2006, si aucun conducteur n'avait conduit avec un taux d'alcoolémie positif, les nombres d'accidents mortels et de tués auraient pu être réduits d'environ 26,2 % (26,3 % en 2005).

6. Répartition des accidents avec alcool par région

En cumulant les résultats sur cinq ans, on estime en France que l'alcool est présent dans 28,4 % des accidents mortels.
La répartition géographique est très inégale sur le territoire : elle varie de 40 % pour la Charente-Maritime et les Pyrénées-Orientales à 16 % pour l'Aveyron, 24,3 % pour l'Essonne et 9,8 % pour la Seine-Saint-Denis.

Le grand ouest, le sud-est et le Nord sont les régions plus touchées par une consommation excessive d'alcool. A l'inverse, une grande partie des départements de l'Est et du centre de la France ont des proportions d'accidents mortels avec alcool moins élevées que les autres. La région Ile-de-France se situe, en dessous de la moyenne nationale.