SÉCURITÉ ROUTIÈRE : DES MESURES TOUS AZIMUTS

Publié le Mercredi 11 février 2015

Tags: 

En décembre 2014, Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, a fait savoir qu'il présenterait bientôt une batterie de mesures en matière de sécurité routière. Claude Got, accidentologue, estime que le gouvernement devrait établir des hiérarchies et avoir une priorité d'action : la vitesse. Selon lui, cette mesure très importante ne doit pas être mise sur le même plan que d'autres dispositions mineures. Or, le ministre de l’Intérieur a présenté pas moins de 26 mesures de toutes natures censées réduire le nombre de tués sur les routes en 2020.

Des membres du CNSR déçus

La diminution de la vitesse maximale autorisée, de 90 à 80 km/h, sur les routes à double sens sans séparateur médian, n'est plus qu'une mesure parmi d'autres (la 20ème). Annoncée en juin 2014, elle n'a toujours pas commencé et le ministre n’a toujours pas précisé sur quels axes elle s'effectuerait.

Les membres du CNSR, présents au ministère de l’Intérieur, ont déclaré qu’il manquait la mesure essentielle, permettant de sauver 350 à 400 vies à court terme, à savoir la diminution de la vitesse sur le réseau secondaire.

L'expérimentation de la diminution de la vitesse est censée lutter contre les infractions les plus graves, au même titre que la modernisation du parc de 4 200 radars ou l'interdiction des kits mains libres. Concrètement, les écouteurs, casques et oreillettes utilisés par les automobilistes, mais aussi par les cyclistes ou les motards seront interdits. En revanche, les téléphones embarqués, intégrés au véhicule, sont pour le moment toujours autorisés, ce que déplore le CNSR.

Renforcer la protection des usagers vulnérables

Le ministre a fait mettre en place, dès la rentrée 2015, d’une demi-journée de sensibilisation en classe de seconde ainsi que l'abaissement de l'alcoolémie légale des conducteurs novices. Sont considérés comme tels ceux qui viennent d'obtenir le permis de conduire ou de le repasser. Le taux autorisé passerait alors de 0,5 gr par litre de sang à 0,2 gr par litre de sang. Selon Chantal Perrichon, "cette mesure veut faire passer le message que lorsqu’on conduit, on ne boit pas, mais elle fera malheureusement perdre des points aux jeunes après un seul verre de bière, alors qu'ils n'en ont que 6 sur leur permis".

En ce qui concerna la protection des « usagers vulnérables », le ministre va permettre aux maires d'abaisser la vitesse dans de grandes zones ou la totalité de leur agglomération, de renforcer les sanctions contre les automobilistes stationnés sur les passages piétons, les trottoirs ou les pistes cyclables, et aussi d'interdire le stationnement sur les 5 mètres précédant les passages piétons.

Afin d'améliorer la sécurité des véhicules et des infrastructures, il propose également de réduire les risques de s'engager à contresens sur autoroute, avec des panneaux "sens interdit" sur fond rétroréfléchissant, aux bretelles d’échange.