Les avantages de la conduite accompagnée

Publié le Dimanche 16 Juin 2013

Tags: 

Après une étude menée par l’association Prévention Routière, on s’aperçoit que la conduite accompagnée, qui s’adresse aux jeunes à partir de 16 ans ayant obtenu le Code et après un minimum horaire de vingt heures de conduite en auto-école, est plus avantageuse que la filière traditionnelle car plus économique et efficace.

Davantage de réussite

En effet, la conduite accompagnée présente de nombreux atouts, tout d’abord, le taux de réussite pour celle-ci (70%) est bien plus élevé que celui de la filière traditionnelle (62%) pour plusieurs raisons : d’une part, l’élève se sent plus en confiance avec son accompagnateur qui est dans la plupart des cas une personne de son entourage, il a aussi le libre choix de ses horaires et peut s’adapter librement au véhicule ce qui contribue à diminuer le stress chez ce jeune conducteur ; d’autre part, on a la possibilité de conduire plus tôt (à partir de 16 ans), un atout non négligeable d’après François Pierson, président de l’association Prévention Routière, qui affirme : “Beaucoup de gens appréhendent le permis comme ils appréhendent le bac et c’est de fait un examen difficile à avoir. Plus on le passe tôt, plus on a de chances de le réussir. »

Une voie plus rapide

En passant par la conduite accompagnée, on limite le nombre d’heures de conduite à vingt-six heures en moyenne (environ 3000 kilomètres) contre environ trente-cinq en auto-école car les élèves au bout des vingt heures du forfait ne se sentent pas prêts et reprennent alors des heures supplémentaires

Un choix plus économique

Le coût moyen du passage du permis et sa préparation reviennent en moyenne à 1670 € pour la filière traditionnelle et à 1110 € pour la conduite accompagnée, ce qui constitue un avantage pour les élèves, trouvant toujours la préparation du permis de conduire excessivement chère.

Le surcoût du permis dansla filière traditionnelle s’explique du fait de l’attente avant de passer l’examen (qui peut aller de trois mois à neuf mois dans certains cas), les élèves se sentent donc obligés de reprendre des cours de conduite