Le véhicule électrique a-t-il un avenir ?

Publié le Vendredi 10 Octobre 2014

Tags: 

Cette année encore, la voiture électrique est bien présente au Mondial de l’automobile de Paris. Mais, malgré un superbonus de l’État pouvant atteindre 10.000€, à tout acheteur d’une voiture électrique, à la condition de mettre son véhicule diesel de plus de 13 ans à la casse, les ventes ne décollent toujours pas.

Les voitures électriques représentent à peine 1% des ventes de voitures neuves, soit environ 15.000 véhicules en circulation en France. Pourquoi ce marché ne décolle pas ?

Les automobilistes ne la voient pas comme une alternative, ils ont l’impression qu’on leur parle d’un ovni ! Ils sont depuis longtemps habitués à la liberté procurée par la voiture thermique, comme faire peu ou beaucoup de kilomètres, sans prendre de précaution particulière, ce que ne permet évidemment pas la voiture électrique. Ceux qui en ont acheté une ont plusieurs points communs, comme habiter une maison (plus pratique pour recharger une batterie) et possèdent les 2 véhicules, thermique et électrique.

La faible autonomie de la batterie est aussi responsable du peu d’enthousiasme des acheteurs potentiels, car elle ne permet de faire que 150 km en une fois. Au-delà, elle deviendrait trop lourde et trop volumineuse. Les scientifiques étudient donc comment augmenter son autonomie et sa durée de vie. Son coût, 10.000 €, très élevé, représente donc un gros investissement pour un consommateur qui ignore à quel moment il devra en changer. Cela va dépendre de la façon dont il utilisera son véhicule électrique.

Malgré tout, la voiture électrique est incontestablement le véhicule le plus propre, par rapport à une voiture thermique, car il est nettement moins polluant et bruyant. Toutefois, les véhicules électriques pourront engendrer d’autres problèmes majeurs : ceux de la consommation, mais aussi de la production d’énergie. C’est pourquoi les scientifiques ne croient pas au développement massif.